03 mai 2008

Un taureau qui me met les Red Bulls !

Imaginerait-on la célèbre marque Ricard remplacer l'anis de son pastaga par du fenouil tout en gardant le même nom ? C'est pourtant ce type de mystification que s'est autorisée la marque de boisson énergisante Red Bull pour pouvoir pénétrer le marché Français que lui interdisait jusqu'ici l'AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) pour la présence de taurine dans son breuvage.

Pour passer les fourches caudines de la réglementation Française la marque Autrichienne avait tout simplement remplacé le produit interdit par de l'arginine ... mais sans changer le nom du produit ! Bel exemple de comportement citoyen d'entreprise, étrange notion de loyauté et d'objectivité de communication responsable et superbe respect du consommateur ! L'AFSSA rappelle d'ailleurs dans un avis que "l'utilisation du même nom pour deux produits différents dont l'un est encore interdit en France est de nature à confondre le consommateur."

On ne connaît malheureusement que trop l'hypocrisie du contournement des lois ou des règlements en citant par exemple les publicités automobiles qui se sont longtemps autorisées la représentation de comportements interdits (4X4 en dehors des routes, pas de port de ceintures, vitesse excessive, ...) en apposant la chaste mention "tourné à l'étranger".

Le lancement publicitaire de la potion autrichienne avait été à l'image de ce mépris du citoyen. L'opération de "street marketing" consistant à faire envahir et donc bloquer la circulation de la place de l'Etoile à Paris par une centaine de véhicules publicitaires (des Mini Coopers desquelles dépassaient une énorme boîte de RB comme dans une bonne vieille caravane du Tour de France) illustre bien les limites de l'utilisation de l'espace public à des fins privées et on comprend pourquoi les consommateurs sont de plus en plus réfractaires à de telles pollutions visuelles subies dans leur espace collectif de vie. Dernier élément de la "guérilla marketing" mise en place fut le saut, non autorisé bien évidemment, depuis les hauteurs de la Tour Eiffel d'un homme sandwich, pardon d'un homme canette, immédiatement arrêté par la Police dès son atterrissage, ce qui avait également été anticipé pour participer au buzz médiatique.

La campagne de publicité presse associée à ce lancement de produit restera sûrement longtemps pour moi une énigme ... j'hésite entre masturbation intellectuelle (mais vu le nombre de pleines pages quadri, ça fait cher la pignolade !) et inconscience.

Au-delà des slogans aux relents poujadistes "la potion magique rentre en gaule, "enfin le coq gaulois obtient les ailes qu'il mérite", "permis de séjour octroyé à Red Bull" il y avait sûrement du deuxième degré, certainement du lobbying et peut-être même de l'humour dans ces créations mais impossible de comprendre le sens et l'essence du slogan du premier des visuels diffusés (voir illustration : "nous demandons à l'honorable académie de bien vouloir nous apprendre le bon usage de la langue française") et de la logorrhée du texte qui suivait...

Je pensais être sauvé de mon incurie en composant le N° Vert®, qui était mis à disposition "pour tout renseignement complémentaire". J'ai bien sûr testé le 0800 915840... mais la salariée du distributeur français qui m'a répondu n'avait semble-t-il pas non plus était mise dans la confidence ... Ceci doit par ailleurs nous rappeler que la transparence et la relation client c'est un peu plus compliqué que de seulement mettre en place un numéro de téléphone.

Ce vendredi 16 mai, coup de théâtre ! La commercialisation du Red Bull dans sa formulation d'origine à la taurine est autorisée après un "accord" conclu entre la ministre de l'Economie et le PDG de Red Bull ... Ce n'est pas malheureusement pas la première fois qu'un avis sanitaire est sacrifié sur l'autel du business ...

Mais pourquoi tant de haine ? Si j'en crois le site international de Red Bull ce produit semble pourtant répondre aux aspirations et goûts de l'humanité entière : il est en effet Halal, Casher, sans gluten, sans produits laitiers, convient aux végétaliens et on peut aussi se rassurer en apprenant que la taurine n'est pas fabriquée comme on pourrait le penser à partir des couilles de taureau mais de façon totalement chimique et synthétique ! A vous donner des ailes, non ? ...

6 commentaires:

Tagor la Pie a dit…

Sans vouloir polémiquer, Ricard fabrique son apéritif anisé avec du fenouil depuis toujours.
Mais c'est comme les frites fricadelles, tout le monde le sait mais personne ne le dit :)

développement durable a dit…

Magnifique article et blog... Veuillez partager vos infos avec notre association... C sera cool!

Salut!

développement durable a dit…

Juste dire que si vous voulez plus de reseignements...

développement durable

Chan a dit…

La RedBull originale, à la taurine, vient bizarrement d'être approuvée en France; La version française aura donc fait long feu, en aout 2008 on boira la même que nos voisins.

Bizarre non ? ;)

Marie a dit…

Contre l'agriculture industrielle, et pour une agriculture qui nourrit le monde et ne nous prend pas pour des idiots,un site passionnant à découvrir absolument : www.lafermeenville.fr"

Jeff a dit…

Moi, je crois au contraire que leur campagne a été très bien orchestrée. Il ne faut pas oublier que leur première cible est l'ensemble des ados donc les questions sur la relation client, l'espace public vs privé, tout ca ils s'en contrefoutent, au contraire, tout ce qui positionne RB contre l'establishement va les amener à acheter (voir le ton de l'affiche 4X3).