22 septembre 2014

Lauréat de la Promotion 2014 Paris Durable

Le jardin Santerre, que j'ai initié et que j'anime depuis 2008, fait partie des lauréats de la "Promotion 2014 du Paris durable" qui récompense les initiatives innovantes et inspirantes en matière d’environnement et de développement durable.

Pour mémoire le jardin Santerre est un jardin partagé au sein d'une résidence de Paris Habitat de 560 logements dans le 12ème arrondissement de Paris. Il est devenu une vitrine et un laboratoire d'écologie et d'agriculture urbaine dont les briques se mettent en place progressivement et naturellement depuis 6 ans : le site pionnier du compostage en pied d'immeuble à Paris a démarré en juin 2008 puis se sont rajoutés le jardin partagé (45 parcelles individuelles et des parcelles collectives), le rucher, la récupération d'eau e pluie, la cabane végétalisée, les nichoirs, le mini verger (pommiers, figuiers, cerisier et 10 plants de vigne) et enfin à l'automne 2013 le poulailler collectif. Un éco-paturage est en cours de mise en place.

29 juillet 2014

Wwoof à la Miellerie de Stéphanie et Martial

Dimanche 18h, Martial m’attend à la gare de Lamballe pour me conduire dans sa ferme du Gouray en Bretagne. Il y vit avec sa compagne Stéphanie et ses filles et le couple conduit différentes activités en bio. Un élevage de blondes d’aquitaine, un autre de poules pondeuses, la culture de céréales (triticale, pois, blé) et depuis l’année dernière également de pommes de terre et de potirons sans oublier de sapins à… Noël. Mais étant apiculteur amateur à Paris je suis avant tout venu partager cet élevage qu’ils développent avec 80 ruches. Le diner est l’occasion de faire connaissance et de partager nos centres d’intérêts. Il est plus de 23h quand je rentre dans mes appartements, un Mobil Home au cœur de la ferme à côté d’un espace de vente construit récemment.

Lundi : Après avoir nourri vaches, poules et récolté les œufs, nous partons pour une première récolte de miel avec Martial et un ami venu lui donner un coup de main. Pratiquant déjà l’apiculture je ne suis pas impressionné par les abeilles qui nombreuses nous entourent. Nous récoltons une vingtaine de hausses bien remplies de miel … et quelques piqures légères car elles réussissent à piquer à travers mes gants pourtant épais. Le petit Chouchen de la maison fera vite oublier les quelques rougeurs ;) L’après-midi sera consacré à du bricolage pour avancer dans l’aménagement de la nouvelle miellerie.

Mardi : Ce matin nous emmenons les vaches au pré mais avant il nous faut tailler le sabot d’une des belles du troupeau et étant donné que ces bestiaux bougent un peu ce n’est pas une mince affaire de l’immobiliser dans une cage. Je tente d’apaiser la blonde (d’Aquitaine) en lui donnant des céréales et en la caressant. Elle repartira sans boiter après cette pédicure maison.
C’est quand le blé est mûr qu’il faut le moissonner (battre comme on dit ici). En effet, la veille au soir nous avions fait le tour des parcelles de céréales et une partie était mure. Aussi Martial avait commandé la moisson de 5 hectares. C’est ainsi que je passe prés d’une heure dans la moissonneuse batteuse de Jean-Claude, 74 ans, qui continue de faire son métier pour se distraire. L’occasion de parler des différentes révolutions mécaniques et informatiques qu’il a vu dans sa vie…
Mercredi : Les 14 tonnes de céréales moissonnées la veille doivent être transférées dans la benne du transformateur bio qui l’achète. Nous passerons une bonne partie de la journée à préparer et à effectuer ce transfert de céréales.
Après une bonne douche pour se débarrasser de toute cette poussière de cérales Martial et Stéphanie m’invitent à un repas spectacle sur la côte à Pléneuf-Val-André … où nous nous nourrirons l’estomac et l’esprit aux bons mots d’Albert Meslay dit Albert le Mondialiste. Dans toutes mes expériences de wwooffing les hôtes aimaient la culture au propre et au figuré.
Jeudi : C’est le début de la floraison du sarrazin et nos apiculteurs feraient bien une dernière récolte du nectar de cette fleur qui fleurit tardivement. Un collègue de Martial qui a un champ de blé noir nous fait visiter ce matin différents emplacements potentiels. Nous sommes régulièrement stoppés dans nos visites par des rencontres avec d’autres agriculteurs avec qui on taille une bavette riche d’enseignements.
J’accompagne Stéphanie au marché bio du port de Dahouët où elle tient un stand tous les jeudis de l’été en fin d’après-midi. Elle y vend œufs, miel, pain d’épices et plats préparés à partir du veau qu’ils produisent (dont le tagine de veau au miel). L’occasion de rencontrer ses clients et les autres producteurs du marché et notamment sa voisine de marché, paysanne boulangère. La fin de marché est conviviale en dégustant un toast réalisé à la bonne franquette avec une tranche de pain et du saumon offert par le poissonnier du marché. Nous passons boire une bière au camping local tenu par des amis, coup de chance il y a un petit concert de musique ce soir ;)
Vendredi : Je récolte dans les arbres de la ferme une dizaine de kilos de prunes qui seront vendues l’après-midi dans l’espace vente de la ferme. Tous les vendredis après-midi Stéphanie y vend ses produits et tient une permanence de distribution de paniers locaux (Voisins de Paniers). Pendant ce temps là nous réalisons, avec Martial et des amis du village qui veulent s’initier, une nouvelle récolte d’une dizaine de hausses sans se faire agresser cette fois ;) En fin d’après-midi nous allons voir si la dizaine de nouvelles reines introduites dans des essaims il y a une semaine ont bien été acceptées.
Samedi : Levé à 5h30 pour transhumer 5 ruches dans le nouveau rucher « sarrasin » identifié quelques jours plus tôt. Assez magique d’aller cueillir en pleine nuit à la lampe frontale les ruches pleines d’avettes encore endormies.
Je prépare ensuite des ruchettes pour la fabrication d’essaims que nous ferons l’après-midi. Il s’agit d’aller prélever quelques cadres de couvain et de miel dans des ruches existantes et d’exporter ces cadres dans un autre rucher, les abeilles orphelines vont alors élever une nouvelle reine et on obtient ainsi une nouvelle colonie. Je ramasse les derniers œufs et il est temps de faire mon paquetage pour reprendre le train le lendemain à Lamballe pour Paris.
Stéphanie et Martial m’ont dit apprécier nos échanges, mon regard extérieur sur leur exploitation et bien évidemment également le coup de main. Et moi j’ai passé une semaine où j’ai autant fait travailler mon corps que mon esprit, une semaine riche en apprentissage, rencontre et partage.

 Le WWOOFing consiste à travailler bénévolement (une trentaine d'heures par semaine) dans une exploitation agricole en échange du gîte et du couvert. 

Mes autres expériences de wwoofing :
http://jjfasquel.blogspot.fr/2011/12/wwoof-2-le-retour-aux-jardins-de.html
http://jjfasquel.blogspot.com/2011/07/des-vacances-de-wwoof.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/la-ferme-de-marie.html

http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/high-school-woofing-in-california.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2014/04/hola-que-tal-el-wwoofing-la-catalane.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2014/07/woof-au-jardin-de-veronique.html

28 juillet 2014

Woof au Jardin de Véronique

Après une nuit de train j’arrive au petit matin d’un dimanche de juillet à Castres où Véronique, mon hôte, m’attend pour me conduire dans sa ferme  à une vingtaine de kilomètres, à Cambounés au pied des monts de Lavaure. Elle y vit dans une jolie maison en bois construite il y a quelques années qui surplombe un bel espace de cultures qui descend jusqu’à la rivière. Elle y produit moult légumes et quelques fruits qu’elle transforme notamment en plats préparés vendus sur les marchés et dans différentes boutique de la région. Elle réalise également un service traiteur (stages, mariages, ..). En outre tous les lundis d’été elle fabrique du pain, des pizzas et des tartes pour les vendre au marché de producteurs de Mazamet.
Après un rapide tour du propriétaire et m’être installé dans la petite caravane qui sera mon antre cette
semaine, je pars déjà cueillir des framboises pour les tartes du lendemain. J’en profite pour saluer la dizaine de poules et leurs poussins qui s’égayent dans une partie du jardin ainsi que les canards qui ont pour mission de manger limaces et autres parasites. François un marcheur de Compostelle qui a fait une halte prolongée et Mourgali donnent également un coup de main à «Véro». Nous passerons l’après-midi à repiquer et arroser des poireaux.
J2 Lundi : Ce sera la journée marathon de la semaine. En effet, il faut fabriquer dans la journée pains, pizzas
et tartes  qui seront vendus le soir même au marché de 17h à 22h. Quand nous attaquons à 8 h cela fait déjà quelques heures que Véronique s’affaire à prépare pâte à pain, fond de pizza et de tartes. Équipés d’un tablier et d’une charlotte nous attaquons la confection des pizzas : coupe des tomates, oignons, poivrons puis assemblage de ces ingrédients en fonction des différentes recettes. Viendra ensuite le temps de confection des tartes où nous poserons une à une les framboises du jardin. Le four à pain mettra deux heures à atteindre sa température et verra s’engouffrer dans son ventre les différentes fournées. Il est déjà l’heure de charger le véhicule pour se rendre au marché où des dizaines de convives viennent se restaurer en cette soirée du 14 juillet. La vente d’un produit qu’on a contribué à fabriquer est très plaisante. Il est tard quand nous rentrons.
J3 Mardi : Une journée assez légère où je m’occuperais d’éliminer les feuilles des courgettes tachées
d’oïdium, supprimer les gourmands des tomates et pailler des buttes de culture.
J4 Mercredi : Nous passons une longue matinée ensoleillée à planter choux-fleurs, haricots divers, betteraves et panais dans une parcelle après l’avoir griffée et préparée. Le soir nous irons voir un spectacle circassien La famille Goldini
J5 Jeudi : Après avoir planté des haricots dans les buttes du jardin, une nouvelle fournée de pain sera réalisée pour le marché du lendemain. Le four encore chaud permettra de faire cuire et mijoter un « chevreau aux amandes ». Le soir Sylvie, qui vit dans une yourte sur le terrain de Véronique nous invite à dîner.
J6 Vendredi : La journée sera  également chargée car Véronique doit servir un repas pour un groupe d’une
quinzaine de personnes à Mazamet. Après un arrosage de nos plantations des jours précédant (eh oui le jardin n’attend pas), la matinée sera consacrée à finaliser la préparation des plats de ce repas que nous irons livrer et servir. A peine le temps de rentrer et de se poser quelques heures qu’il faut repartir pour un nouveau marché de producteurs à Biot où là également les convives viennent faire leurs emplettes pour diner sur place. Mais cette fois-ci l’affluence est aussi faible que le vent d’autan souffle fort et le moral de la troupe en est un peu affecté. Rien de tel qu’un concert des Casse Museaux (c’est aussi le nom d’une spécialité locale au lait caillé de brebis) pour la fête du village de Cambounés pour retrouver de l’entrain !
J7 Samedi : Après un ultime arrosage des plantations il est déjà l’heure de ranger mes affaires, passer un coup de balai dans ma caravane et dire au revoir à ce petit coin idyllique du Tarn et à Véronique.

 Le WWOOFing consiste à travailler bénévolement (une trentaine d'heures par semaine) dans une exploitation agricole en échange du gîte et du couvert. 
Mes autres expériences de wwoofing :
http://jjfasquel.blogspot.fr/2011/12/wwoof-2-le-retour-aux-jardins-de.html
http://jjfasquel.blogspot.com/2011/07/des-vacances-de-wwoof.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/la-ferme-de-marie.html

http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/high-school-woofing-in-california.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2014/04/hola-que-tal-el-wwoofing-la-catalane.html

19 avril 2014

Hola, que tal el Wwoofing à la catalane ?

Parti à 7 h un matin d’avril de la Gare de Lyon, mon TGV arrive déjà à Figueras en Espagne alors qu’il n’est pas 13 h. Mon amie Valérie est venue me récupérer à la gare et m’emmène à une quinzaine de kilomètres de la cité catalane vers le domaine de Can Torres. Elle y vit dans la demeure de Joan Carles et Barbara qui exploitent six hectares de vignes en bio où je vais woofer pendant une petite semaine. 
Nous passons à table vers 14h (eh oui c’est le rythme espagnol), non sans avoir goûté un verre de la nouveauté de la maison cette année, un vin blanc délicieux accompagné de quelques morceaux de pain trempés dans l’huile d’olive pressée à partir des olives du domaine. Après une sieste officielle, place au tour du propriétaire. Nous sommes au pied des contreforts des Pyrénées, dans le massif des Albères au milieu d’un maquis granitique légèrement vallonné d’où surgissent les vignes entre lavande et thym sauvage. La douce lumière d’après la pluie qui est tombée en ce début d’après-midi magnifie le paysage. On croise également quelques vaches, tortues… dolmens et menhir qui finissent de donner une touche mystique à cet ensemble plein de charme. Il est 22 h quand on se met à table pour une délicieuse omelette aux orties avant de tomber dans les bras de Morphée et dormir du sommeil du juste.
Le vignoble Can Torres
Joan Carles a hérité de ce domaine de 16 hectares créé par son arrière grand-père (certaines vignes ont 60 ans), il est également pompier professionnel avec des gardes de 24 heures qui lui donnent des récupérations lui permettant d’être très présent au domaine. Par amour, sa compagne Barbara a quitté son Italie natale et abandonné son métier d’architecte pour elle aussi devenir viticultrice. Ils vivent à Can Torres avec les quatre enfants de Joan Carles sans oublier le chien Ot, les ânes Fidel et Estrella et deux chats.
Autrefois le raisin des 6 hectares du vignoble était vendu mais, depuis 1997, Barbara et Joan Carles produisent leur vin. Cette année, 9 000 bouteilles devraient être mises en vente, une belle année après la catastrophe de l’année dernière où des vaches «extérieures» avaient eu la mauvaise idée de venir déguster une grande partie de la récolte qui avait déjà été bien entamée par les sangliers. Depuis chaque parcelle est clôturée ! Nos viticulteurs ont construit récemment une cave aux nouvelles normes et chaque nouveau millésime bénéficie de leur expérience passée. Ils n’ont pas à rougir de leur breuvage qui est déjà reconnu et réputé. C’est un vin plus que bio, un vin naturel, non filtré, vinifié avec des levures indigènes et sans ajout de sulfites. Ils ont désormais à leur carte un vin blanc (« Anyet »), trois rouges («Murtra», «Ido» et «Demontre») et un vin doux naturel («Ambre»).
Des projets, Juan Carles et Barbara en ont plein la tête, mais la sagesse et la crise (qui a considérablement limité l’accès au crédit en Espagne) leur font engager chaque chantier après l’autre en les autofinançant. Cette année, un gite va bientôt être rénové dans l’ancienne porcherie, ils vont planter une centaine de pieds de raisin de table pour se diversifier et ils ont aménagé cet hiver quelques nouvelles parcelles pour agrandir la surface du vignoble. Etant donné qu’ils récoltent également quelques 700 kg d’olives chaque année et que l’un des fils de Joan Carles termine une formation en viticulture et oléiculture, ils envisagent la création d’un moulin pour produire une huile d’olive bio et locale. 
Une ferme en autonomie
Le domaine tend naturellement vers l’autosuffisance. La propriété dispose d’un droit à l’eau de la rivière qui longe la propriété pour arroser les cultures et notamment le potager, et un voisin leur donne l’accès à l’eau potable d’un forage qu’il a réalisé. Même si les périodes froides sont rares dans la région, la maison est chauffée par une cheminée et 7 poêles alimentés par le bois du nettoyage des 16 hectares. Un chauffe-eau solaire produit une partie de l’eau chaude de la maison. En été, la maisonnée est autosuffisante en légumes grâce au potager et à sa serre attenant à la maison auxquels se rajoutent la production de deux grands jardins : 2 000 oignons, 500 pieds de tomate et l’équivalent de 600 kg de pommes de terre. Un verger en développement produit déjà des amandes, pêches, figues et abricots. Bien évidemment, l’autonomie en vin est assurée comme celle en huile (40 litres consommés par an !) grâce aux 70 oliviers de la propriété. Enfin les 10 poules produisent plus d’œufs qu’il n’en faut. Un peu de viande est troquée contre un droit à paître tout comme le miel qui est offert par l’apiculteur à qui on a laissé installer une trentaine de ruches sur la propriété. 
Le carnet du Woofing jour par jour
Samedi
Nous voici partis au petit matin pour planter des pieds de vigne dans une nouvelle parcelle fraîchement préparée. Après avoir foré un trou à la barre à mine, nous y plaçons le jeune pied. Une centaine de pieds plus tard et après avoir arrosé nos plantations nous méritons l’en-cas qu'on nous amène aux champs, et c’est sur un gros rocher granitique que nous montons casser la croûte avec notamment le fameux "pan con tomate", spécialité catalane (pain frotté avec des tomates et arrosé d’un filet d’huile d’olive). La fin de la matinée sera consacrée à greffer dans une autre parcelle quelques pieds avec des greffons.
Dimanche
Profitant du repos dominical mon amie Valérie m'emmène visiter les superbes environs : les villages de Cadaqués et de Portlligat (le village de Dalí), le Cap de Creus où nous nous régalons d'une cassolette de riz aux fruits de mer et le monastère de Sant Père de Ride. En soirée, Beatriz, une autre wwoofer, arrive de Barcelone.
Lundi 
Aujourd’hui nous allons planter des plants greffés de trois cépages de raisin de table (muscat, lavallée et cardinal) dans une parcelle qui a été labourée samedi. Il nous faut tout d’abord quadriller la parcelle pour définir lignes et espacements, deux heures de travail d’arpenteur suivi de la plantation de 120 pieds, dont je maîtrise désormais les gestes appris samedi. Après le traditionnel en cas de 11 h, je finis la matinée au frais dans la cave à mettre en bouteille le vin doux de la propriété.
Mardi
La commune dont dépend la cave se nomme Sant Climent Sescebes, littéralement « Saint Clément Ses oignons », la bien nommée car ce sont deux mille oignons de Figueras que nous plantons ce matin là. Les sillons avaient été préparés au tracteur la veille et nous les mouillons grâce à l’eau de la rivière. En deux heures de temps, l’affaire est faite. Pour terminer cette journée de travail Joan Carles nous montre comment nettoyer et préparer d’anciens oliviers dégénérés suite à un incendie afin de les regreffer prochainement. En soirée nous partons effectuer la montée de la colline qui surplombe le vignoble. Une heure et demie plus tard, nous sommes doublement récompensés par la beauté d’un coucher de soleil et la magie du lever de la lune rousse. 
Mercredi et Jeudi
La douce lumière du matin donne toujours au paysage une certaine magie. C’est dans ce cadre que nous partons avec Barbara pour nettoyer une vigne. Armés d’un sécateur et d’une pioche, nous dégageons et coupons les rejets, enlevons les bourgeons sur la partie basse des pieds et préparons les pieds qui n’ont pas pris pour un regreffage. C’est parmi les vaches que nous ferons notre pause casse-croûte. Nous reviendrons le lendemain dans la même parcelle continuer ce fastidieux mais nécessaire labeur.
Après cette dernière journée de wwoofing, il est temps de passer à la cave pour acheter quelques bouteilles du vin que l’on a modestement contribué à produire et faire adieux et remerciements à mes hôtes de Can Torres qui m’ont fait passer une semaine riche en découvertes, apprentissages et rencontres. 
Lien facebook https://www.facebook.com/can.torres
Lien blog http://cantorres.blogspot.fr/

 Le WWOOFing consiste à travailler bénévolement (une trentaine d'heures par semaine) dans une exploitation agricole en échange du gîte et du couvert. 
Mes autres expériences de wwoofing :
http://jjfasquel.blogspot.fr/2011/12/wwoof-2-le-retour-aux-jardins-de.html
http://jjfasquel.blogspot.com/2011/07/des-vacances-de-wwoof.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/la-ferme-de-marie.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/high-school-woofing-in-california.html