12 novembre 2018

107 résidents du 107


Je suis trés fier d'avoir initié et coordonné ce projet photo dans ma résidence. 

107 locataires ont ainsi été photographiés le 23 juin 2018 et sont représentés sur un visuel "patchwork" (ci-dessus) qui va être affiché à différents endroits de la résidence (baies vitrées, clôture de travaux). 19 personnes ont de plus été sélectionnées pour être également affichées seules en grand format (90*120).

Un site internet https://107residentsdu107.blogspot.com/ a également été créé : une nouvelle photo d’un des 107 modèles sera publiée chaque semaine le dimanche pendant les deux ans des travaux. Toutes les 5 semaines on retrouvera également en complément de la photo de la semaine un portait écrit (parmi les 19 personnes qui sont affichées en grand format sur les murs de la résidence).
 
C'est un hommage à la biodiversité des hommes et des femmes qui font le sel de la vie en communauté. Une ode à la mixité sociale qui donne du sens, de la saveur et de la richesse à notre quotidien.  L’exposition de ces photos-portraits égaillera la période des travaux …

17 octobre 2018

I am an Anarchitect !



Une exposition sur les travaux de l’anarchitecte Gordon Matta-Clarck vient de se clôturer à la galerie du Jeu de Paume à Paris, l’occasion de se replonger dans son œuvre et ses partis-pris.

Comme un pied de nez aux bâtisseurs célèbres, Gordon Matta-Clarck, architecte de formation, s’est fait connaître dans les années 70 en démantelant et en découpant, tels des sculptures, des bâtiments abandonnés. Une ultime résistance face au modernisme ?

New-Yorkais, c’est dans le Bronx qu’il commence ses fameuses découpes anarchitecturales dans des immeubles abandonnés, les « Bronx Floors (Planchers du Bronx)», en en sciant les planchers sur plusieurs étages. C’est le trou géométrique qui devient l’oeuvre d’art.

Il est également connu pour avoir, illégalement, découpé la façade d’un entrepôt désaffecté du bord de l’Hudson pour en faire une œuvre monumentale, un temple de lumière et d’eau intitulé « Day’s End (Fin du jour) ».

Mais Paris a également accueilli ses œuvres. L’une des plus connues, Conical Intersect, créée à l’occasion de 9ème Biennale de Paris, consiste en la création/destruction d’un cône de lumière qui transperce différentes pièces de deux immeubles jumeaux du XVIIème voués à la destruction pour laisser place au centre Georges Pompidou dans le nouveau quartier de Beaubourg. Dans la capitale, tel un archéologue urbain il a aussi fait un travail sur les « Sous-sols de Paris » en réalisant des montages photographiques des coupes de bâtiments, du toit aux caves, comme celui de l’Opéra Garnier ou des catacombes.

Celui qui avait fondé le groupe Anarchitecture pour réévaluer l’architecture classique, a par ses œuvres et ses réflexions ouvert la voie et inspiré l’esthétisme déconstructiviste.



 

10 juillet 2018

Carnets de WWOOFing

En avant-première, la couverture de mon prochain livre "Carnets de WWOOFing"

Partager le quotidien des fermes bio

Maraîchage, viticulture, boulange, construction en paille, apiculture… le WWOOFing donne du sens à son temps libre et permet de découvrir l’agriculture biologique en rencontrant les paysans qui la pratiquent. Ce petit guide donne des conseils très pratiques pour choisir et préparer sereinement un séjour en WWOOFing. Des récits d’expériences permettent une description vue de l’intérieur du monde paysan et des coulisses d’une production locale de qualité.

Jean-Jacques Fasquel est maître-composteur, rédacteur écologiste, apiculteur amateur et formé à la permaculture. Il pratique le WWOOFing depuis plusieurs années.

Disponible le 20 novembre 2018 – 80 pages – 10 € – coll. Champs d’action – éd. Terre vivanteEn librairies, magasins bio, jardineries et sur boutique.terrevivante.org

Edouard, l'homme qui nettoyait les rivières francilliennes

 Mon dernier article publié sur le site de la ville durable Midi:Onze. A lire ici.

08 juin 2017

Une livraison de paniers de légumes sur la Seine


Mon nouvel article dans le magazine en ligne Midi:Onze sur le Marché sur l'eau et son transport complétement barge  A lire ici .

17 mars 2017

Marre de voter pour vous

Mes amis,

Je n'en peux plus de voir ma messagerie et mes murs numériques envahis de vos messages me demandant de voter pour votre projet dans le cadre de tel ou tel concours. Mais pourquoi tant de haine vous dites-vous ?

Tout d'abord les organismes qui les mettent en oeuvre se font une pub à peu de frais ou se rachète une bonne conscience et je ne veux pas rentrer dans ce jeu d'autant que les marques en question sont, de plus, souvent loin de l'éthique des beaux projets que vous portez. Ensuite les projets lauréats ne sont souvent pas les meilleurs mais ceux dont les porteurs sont des experts des réseaux sociaux ou ceux qui ont déjà un large carnet d'adresses ou une certaine notoriété et je trouve donc ce type de sélection injuste. Enfin cet esprit de compétition est loin de la coopération que nombre d'entre vous appellent par ailleurs de leurs voeux.
La fin ne justifie pas tous les moyens même si je connais les difficultés financières des associations ou des porteurs de projets privés. Ceci ne remet nullement en cause la qualité de vos initiatives mais je ne veux plus être complice de ce système que je ne trouve pas sain même si j'ai pu y succomber dans le passé.

nb : ma réflexion ne concerne pas les crowfundings ou les pétitions citoyennes.

16 mars 2017

Quoi de neuf dans la mobilité des salariés et des marchandises ?


Suite de mes articles dans Midi:Onze. Une synthése des solutions proposées à deux tables rondes du Salon Produrable pour pour la mobilité des salariés et des marchandises. A lire ici. 

02 mars 2017

27 février 2017

31 janvier 2017

Le nouveau scénario négaWatt est sorti !

J'entame une collaboration avec midi:onze, magazine dédié à la ville durable. Voici l'un de mes premiers "papiers" à l'occasion de la sortie du nouveau scénario négaWatt. A lire ici.

04 novembre 2015

On commence quand ?


Un soir de décembre je reçois un appel d’Alice une amie « écolo » qui me raconte qu’elle a écrit un documentaire intitulé provisoirement « le coach climat » dans lequel le dit coach accompagnerait deux ou trois familles dans la réduction de leur impact sur le climat et qu’avec Amélie, la productrice, … elles ont pensé à moi ;)

Etant donné que j’aime faire de la pédagogie sur ces sujets et que je suis curieux de tout nouveau projet je donne un oui de principe et c’est comme cela que je me retrouve embarqué dans cette aventure de plusieurs mois.

Mi-avril c’est le premier jour de tournage à Bois Colombes et je n’en mène pas large. En effet même si j’ai déjà fait l’objet de nombreux reportages télévisés sur mes activités de compostage je me demande si je vais être capable d’endosser le costume qu’on a imaginé pour moi. Mais il faut bien se jeter à l’eau … Arnaud (le technicien son) m’installe un micro HF, Emmanuel (le réalisateur) me donne les grandes lignes de ce qu’il attend de moi pour cette première séquence et …. ça tourne.

Je rencontre donc en « direct live » pour la première fois Patrice et Marie qui ont tous les deux un nouveau projet professionnel en gestation. Marie rêve de faire de sa marotte son métier, la rénovation/réparation de meubles récupérés dans la rue et Patrice va quitter prochainement Orange pour lancer avec des amis une application mobile de co-voiturage instantané sur courtes distances. Nous tournons différentes scènes de coaching d’éco-gestes dans la maison y compris avec leurs deux filles et très vite une complicité se noue avec la famille dans cette relation relativement intime de tournage et de partage. Je rentre le soir lessivé : la concentration demandée à chaque prise prend beaucoup d’énergie au novice que je suis. Mais l’équipe semble satisfaite de mes débuts, ce qui me rassure un peu.

C’est ainsi que pendant 6 mois je vais régulièrement me rendre au domicile des trois familles : à Bois Colombes en banlieue parisienne chez Patrice et Marie, à Grand Quevilly dans la banlieue de Rouen chez Stéphanie et à Pont-Péan dans la banlieue de Rennes chez Teddy et Maximilien. Teddy et Maximilien sont tombés en adoration de la papesse du Zéro Déchet, Béa Jonhson, et veulent suivre ses traces quand Stéphanie sensibilise déjà les enfants de sa commune au bio et au bien manger et travaille sur différents projet du « champs à l’assiette ».

Avoir coaché ces familles est un bien grand mot, je pense leur avoir parfois donné confiance et souvent fait partager mon enthousiasme et mon expérience, moi qui me suis lancé depuis maintenant presque 10 an dans cette transition aussi bien au nouveau personnel que professionnel. Bien évidemment sur les éco-gestes et sur mon sujet de prédilection du compostage et du jardinage je leur ai donné des conseils pratiques et nous avons réalisé ensemble différentes mises en place comme l’étonnante culture en lasagnes sur le toit de la cuisine de Patrice et Marie.

Mais j’ai également vécu une belle histoire avec la « team » du tournage (Emmanuel, Katia, Mathieu, Arnaud et Ludovic). J’ai adoré me retrouver sur la route, comme au bon vieux temps où j’étais organisateur de concerts, avec l’équipe technique avec qui nous alternions sérieux du tournage et ambiance potache d’après boulot.

Fin août la production nous emmène tous passer quelques jours dans une ferme bio à Mortagne, une sorte d’épilogue au documentaire. Au volant d’un minibus je récupère à la gare de Saintes les trois familles qui, alors qu’elles ne se sont jamais vues, ont immédiatement une connivence et une relation fusionnelle, une vraie colonie de vacances, à croire que partager une telle aventure de la transition donne des atomes crochus !

Vous avez raté la diffusion sur France 2 le 24 novembre dernier du documentaire désormais intitulé "on commence quand ?"... Séance de rattrapage icihttps://t.co/Etjva8WjeL
Plus d'infos sur Compostory www.compostory.fr

08 septembre 2015

JJ l'happy-culteur dans un bouquin

L'association Gare aux Abeilles vient d'éditer "Un apiculteur, une apiculture", trentaine de portraits d'apiculteurs ... dont le mien,  à lire ici.

Ces témoignages illustrent la diversité des activités économiques, environnementales ou scientifiques qui existent grâce à l’abeille et aux produits de la ruche.

Apiculteurs amateurs ou professionnels, à la campagne ou en ville, scientifiques, politiques, entrepreneurs, artistes, associations s’expriment librement sur leurs actions et leurs visions de l’apiculture.

http://apiculteuraparis.blogspot.com/

23 avril 2015

Ca tourne !

Ambiance estivale hier sur le tournage d'un documentaire de France 2 (diffusion en décembre 2015 à l'occasion du Cop21 à Paris) dans lequel j'accompagne pendant plusieurs mois trois familles dans leur transition écologique (de l'éco-geste du quotidien au nouveau projet professionnel). Nous étions en ce début de semaine à Colombes (92) chez une première famille où bien entendu il a également été question de compostage et de culture en lasagnes !

22 septembre 2014

Lauréat de la Promotion 2014 Paris Durable

Le jardin Santerre, que j'ai initié et que j'anime depuis 2008, fait partie des lauréats de la "Promotion 2014 du Paris durable" qui récompense les initiatives innovantes et inspirantes en matière d’environnement et de développement durable.

Pour mémoire le jardin Santerre est un jardin partagé au sein d'une résidence de Paris Habitat de 560 logements dans le 12ème arrondissement de Paris. Il est devenu une vitrine et un laboratoire d'écologie et d'agriculture urbaine dont les briques se mettent en place progressivement et naturellement depuis 6 ans : le site pionnier du compostage en pied d'immeuble à Paris a démarré en juin 2008 puis se sont rajoutés le jardin partagé (45 parcelles individuelles et des parcelles collectives), le rucher, la récupération d'eau e pluie, la cabane végétalisée, les nichoirs, le mini verger (pommiers, figuiers, cerisier et 10 plants de vigne) et enfin à l'automne 2013 le poulailler collectif. Un éco-paturage est en cours de mise en place.

23 novembre 2013

JJ anime une conférence sur l'ESS

Dans le cadre du mois de l’Economie Sociale et Solidaire, j'ai animé le 21 novembre dernier à Lannion une table-ronde intitulée "L’ESS pour les Nuls". Une présentation très pragmatique de cette autre façon d'entreprendre illustrée par les témoignages de 5 acteurs de la région : Ker-Uhel Contacts, Handi-Capables, Bretagne Durable, la CAE Avant-Premières et Emeraude i.d. chez qui se tenait la conférence.