24 juillet 2008

Leur sang n'a fait qu'un Tour

Certains cyclistes du Tour de France seraient dopés ? Journalistes et médias semblent découvrir été après été cette triste réalité : quel marché de dupes ! Ce secret de polichinelle était depuis des lustres aussi mal gardé que celui de la fille cachée de Tonton.

Il y a bien longtemps que je me demande si les mots Sport et Professionnel ne sont pas tout simplement antinomiques. C'est vrai, ça m'arrange : je n'ai jamais excellé dans aucun sport et je ne me jette pas sur l'Equipe le lundi matin. Pour moi, le sport est un plaisir amateur ; la compétition peut lui donner une saveur supplémentaire mais ne peut et ne doit pas en être la seule finalité.

Le Tour est un spectacle, nous dit-on. Soit ! Mais appelons alors un chat un chat, les coureurs sont donc des acteurs dont on s'émerveillera du jeu. On appréciera la mise en scène comme le suspens dans un bon thriller. Dans un match de catch personne ne critique le scénario pré-établi, l'important c'est que le spectacle soit palpitant et qu'il plaise au bon peuple. Mais qu'on ne s'offusque plus de la triche, des petits arrangements entre amis ou des substances que prennent les cyclistes pour pouvoir réaliser leur performance.

Quand TF1 vend du temps de cerveau disponible à Coca-Cola, ASO vend de l'émotion populaire aux sponsors de la caravane. Techniquement, en terme de communication le Tour est une invention de génie. C'est le public qui vient à la rencontre du message publicitaire : c'est vrai qu'il est difficile de résister à une rondelle de saucisson Cochonou, un bob Skoda, un échantillon Fa, un bonbon Haribo (ça sent le vécu, non ?). Des millions de produits et d'emballages jetés à la volée dont moult se perdront dans la nature, mais rassurons-nous Eco-emballages est là, partenaire très cohérent de cette pollution …

A budget équivalent ne vaudrait-il pas mieux "doter" (avec un T) des milliers de clubs amateurs en équipement sportif plutôt que d'investir des dizaines de milliers d’euros comme master partenaire de la grande boucle ?

Nb 1 : je ne cautionne bien évidemment ni le dopage, ni la triche, qui sont tous les deux petits et méprisables.

Nb 2 : j'avais écrit ce billet en août dernier mais je ne l'avais pas publié car il n'était plus d'actualité. Mais le dopage et le Tour de France c'est comme le printemps, il revient chaque année !

2 commentaires:

Faye a dit…

Comment ça JJ pas un grand sportif ? Il me revient en memoire qq matchs de tennis du côté du Bd Trudaine qui valaient bien (au moins) une finale bjorn boborg vs big mac... ah mais non mais non ah messie messie
:))

Gilles Reeb a dit…

Le sujet est très bien mis en avant dans "L'enfer du Dimanche" d'Oliver Stone... Quand le sport devient une entreprise, les sportifs sont des employés.