19 avril 2014

Hola, que tal el Wwoofing à la catalane ?

Parti à 7 h un matin d’avril de la Gare de Lyon, mon TGV arrive déjà à Figueras en Espagne alors qu’il n’est pas 13 h. Mon amie Valérie est venue me récupérer à la gare et m’emmène à une quinzaine de kilomètres de la cité catalane vers le domaine de Can Torres. Elle y vit dans la demeure de Joan Carles et Barbara qui exploitent six hectares de vignes en bio où je vais woofer pendant une petite semaine. 
Nous passons à table vers 14h (eh oui c’est le rythme espagnol), non sans avoir goûté un verre de la nouveauté de la maison cette année, un vin blanc délicieux accompagné de quelques morceaux de pain trempés dans l’huile d’olive pressée à partir des olives du domaine. Après une sieste officielle, place au tour du propriétaire. Nous sommes au pied des contreforts des Pyrénées, dans le massif des Albères au milieu d’un maquis granitique légèrement vallonné d’où surgissent les vignes entre lavande et thym sauvage. La douce lumière d’après la pluie qui est tombée en ce début d’après-midi magnifie le paysage. On croise également quelques vaches, tortues… dolmens et menhir qui finissent de donner une touche mystique à cet ensemble plein de charme. Il est 22 h quand on se met à table pour une délicieuse omelette aux orties avant de tomber dans les bras de Morphée et dormir du sommeil du juste.
Le vignoble Can Torres
Joan Carles a hérité de ce domaine de 16 hectares créé par son arrière grand-père (certaines vignes ont 60 ans), il est également pompier professionnel avec des gardes de 24 heures qui lui donnent des récupérations lui permettant d’être très présent au domaine. Par amour, sa compagne Barbara a quitté son Italie natale et abandonné son métier d’architecte pour elle aussi devenir viticultrice. Ils vivent à Can Torres avec les quatre enfants de Joan Carles sans oublier le chien Ot, les ânes Fidel et Estrella et deux chats.
Autrefois le raisin des 6 hectares du vignoble était vendu mais, depuis 1997, Barbara et Joan Carles produisent leur vin. Cette année, 9 000 bouteilles devraient être mises en vente, une belle année après la catastrophe de l’année dernière où des vaches «extérieures» avaient eu la mauvaise idée de venir déguster une grande partie de la récolte qui avait déjà été bien entamée par les sangliers. Depuis chaque parcelle est clôturée ! Nos viticulteurs ont construit récemment une cave aux nouvelles normes et chaque nouveau millésime bénéficie de leur expérience passée. Ils n’ont pas à rougir de leur breuvage qui est déjà reconnu et réputé. C’est un vin plus que bio, un vin naturel, non filtré, vinifié avec des levures indigènes et sans ajout de sulfites. Ils ont désormais à leur carte un vin blanc (« Anyet »), trois rouges («Murtra», «Ido» et «Demontre») et un vin doux naturel («Ambre»).
Des projets, Juan Carles et Barbara en ont plein la tête, mais la sagesse et la crise (qui a considérablement limité l’accès au crédit en Espagne) leur font engager chaque chantier après l’autre en les autofinançant. Cette année, un gite va bientôt être rénové dans l’ancienne porcherie, ils vont planter une centaine de pieds de raisin de table pour se diversifier et ils ont aménagé cet hiver quelques nouvelles parcelles pour agrandir la surface du vignoble. Etant donné qu’ils récoltent également quelques 700 kg d’olives chaque année et que l’un des fils de Joan Carles termine une formation en viticulture et oléiculture, ils envisagent la création d’un moulin pour produire une huile d’olive bio et locale. 
Une ferme en autonomie
Le domaine tend naturellement vers l’autosuffisance. La propriété dispose d’un droit à l’eau de la rivière qui longe la propriété pour arroser les cultures et notamment le potager, et un voisin leur donne l’accès à l’eau potable d’un forage qu’il a réalisé. Même si les périodes froides sont rares dans la région, la maison est chauffée par une cheminée et 7 poêles alimentés par le bois du nettoyage des 16 hectares. Un chauffe-eau solaire produit une partie de l’eau chaude de la maison. En été, la maisonnée est autosuffisante en légumes grâce au potager et à sa serre attenant à la maison auxquels se rajoutent la production de deux grands jardins : 2 000 oignons, 500 pieds de tomate et l’équivalent de 600 kg de pommes de terre. Un verger en développement produit déjà des amandes, pêches, figues et abricots. Bien évidemment, l’autonomie en vin est assurée comme celle en huile (40 litres consommés par an !) grâce aux 70 oliviers de la propriété. Enfin les 10 poules produisent plus d’œufs qu’il n’en faut. Un peu de viande est troquée contre un droit à paître tout comme le miel qui est offert par l’apiculteur à qui on a laissé installer une trentaine de ruches sur la propriété. 
Le carnet du Woofing jour par jour
Samedi
Nous voici partis au petit matin pour planter des pieds de vigne dans une nouvelle parcelle fraîchement préparée. Après avoir foré un trou à la barre à mine, nous y plaçons le jeune pied. Une centaine de pieds plus tard et après avoir arrosé nos plantations nous méritons l’en-cas qu'on nous amène aux champs, et c’est sur un gros rocher granitique que nous montons casser la croûte avec notamment le fameux "pan con tomate", spécialité catalane (pain frotté avec des tomates et arrosé d’un filet d’huile d’olive). La fin de la matinée sera consacrée à greffer dans une autre parcelle quelques pieds avec des greffons.
Dimanche
Profitant du repos dominical mon amie Valérie m'emmène visiter les superbes environs : les villages de Cadaqués et de Portlligat (le village de Dalí), le Cap de Creus où nous nous régalons d'une cassolette de riz aux fruits de mer et le monastère de Sant Père de Ride. En soirée, Beatriz, une autre wwoofer, arrive de Barcelone.
Lundi 
Aujourd’hui nous allons planter des plants greffés de trois cépages de raisin de table (muscat, lavallée et cardinal) dans une parcelle qui a été labourée samedi. Il nous faut tout d’abord quadriller la parcelle pour définir lignes et espacements, deux heures de travail d’arpenteur suivi de la plantation de 120 pieds, dont je maîtrise désormais les gestes appris samedi. Après le traditionnel en cas de 11 h, je finis la matinée au frais dans la cave à mettre en bouteille le vin doux de la propriété.
Mardi
La commune dont dépend la cave se nomme Sant Climent Sescebes, littéralement « Saint Clément Ses oignons », la bien nommée car ce sont deux mille oignons de Figueras que nous plantons ce matin là. Les sillons avaient été préparés au tracteur la veille et nous les mouillons grâce à l’eau de la rivière. En deux heures de temps, l’affaire est faite. Pour terminer cette journée de travail Joan Carles nous montre comment nettoyer et préparer d’anciens oliviers dégénérés suite à un incendie afin de les regreffer prochainement. En soirée nous partons effectuer la montée de la colline qui surplombe le vignoble. Une heure et demie plus tard, nous sommes doublement récompensés par la beauté d’un coucher de soleil et la magie du lever de la lune rousse. 
Mercredi et Jeudi
La douce lumière du matin donne toujours au paysage une certaine magie. C’est dans ce cadre que nous partons avec Barbara pour nettoyer une vigne. Armés d’un sécateur et d’une pioche, nous dégageons et coupons les rejets, enlevons les bourgeons sur la partie basse des pieds et préparons les pieds qui n’ont pas pris pour un regreffage. C’est parmi les vaches que nous ferons notre pause casse-croûte. Nous reviendrons le lendemain dans la même parcelle continuer ce fastidieux mais nécessaire labeur.
Après cette dernière journée de wwoofing, il est temps de passer à la cave pour acheter quelques bouteilles du vin que l’on a modestement contribué à produire et faire adieux et remerciements à mes hôtes de Can Torres qui m’ont fait passer une semaine riche en découvertes, apprentissages et rencontres. 
Lien facebook https://www.facebook.com/can.torres
Lien blog http://cantorres.blogspot.fr/

 Le WWOOFing consiste à travailler bénévolement (une trentaine d'heures par semaine) dans une exploitation agricole en échange du gîte et du couvert. 
Mes autres expériences de wwoofing :
http://jjfasquel.blogspot.fr/2011/12/wwoof-2-le-retour-aux-jardins-de.html
http://jjfasquel.blogspot.com/2011/07/des-vacances-de-wwoof.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/la-ferme-de-marie.html
http://jjfasquel.blogspot.fr/2013/07/high-school-woofing-in-california.html