25 juillet 2013

High School Woofing in California

Après avoir traversé la baie de San Francisco sur l’eau (Golden Gate Ferry) puis sous l’eau (Bart - RER local) me voici arrivé à Oakland. En venant de San Francisco, arriver à Oakland (notamment le bas de la ville) c’est un peu comme passer des Champs-Elysees à Barbés. Trente minutes de marche me permettent de sentir un peu la ville. It’s a high way to the top, comme disait ACDC, la maison de Patrick jouxte le réservoir de la ville sur ses lointaines hauteurs.
Pat conclut une semaine de vacances avec son père et nous partons célébrer son départ le lendemain dans un pub irlandais de Berkeley. C’est scène ouverte ce soir, plus de 25 musiciens enchainent les solos ou les morceaux collectifs de vieilles chansons irlandaises tandis que je me délecte d’un Garden Burger et d’une bière locale.
Après une nuit réparatrice et un petit déj pantagruelique (omelette, melon, cassis, toast, ..) nous partons en voiture à Concord (30 minutes avec Grateful Dead à fond dans les HP ça passe vite !) où se trouve le lycée professionnel (Mt Diablo High School) dans lequel Patrick enseigne les sciences de l’environnement et gère le jardin pédagogique dans lequel nous allons travailler. 
Le jardin d’une dizaine de planches de 10 mètres de long accueille ces temps-ci des cultures de tomates variées, courgettes, poivrons, haricots, pommes, poires, oranges et citrons et des fleurs notamment des rosiers. Ce jardin va bientôt doubler de surface mais les travaux sont encore en cours.
Ce lycée est fréquenté par 1500 élèves de classe populaire et de forte diversité. Il est à 95 % autonome en énergie solaire. 

Nous passerons ainsi deux jours à remettre le jardin en état avec Patrick, stakhanoviste de la binette ;) : nettoyage des tomates, amendement des sols (avec le compost des déchets de la cuisine de l’établissement mais aussi avec du compost de fientes de poules ), désherbage, pose de nouveaux tuyaux d’irrigation (bien sur ici les cultures sont irriguées, bizarrement il ne veut pas pailler ...alors que ceci permettrait de limiter l’évaporation vu les chaleurs locales ...).
Bref, une courte immersion dans un processus pédagogique intéressant (environnement, cuisine et santé sont au centre d'un programme HEAL : Healthy Eating Active Living) sans parler de la richesse du temps de partage et de rencontres avec un californien de coeur et ses proches. 

23 juillet 2013

On the road ... again

Cela faisait bien 20 ans que je n'avais plus fait d'auto-stop. Un peu contraint par la situation je me suis remis en selle cet été à Pescadero (Californie). Il semblerait que ce soit comme le vélo car il est 7 heures du mat et je monte déjà dans la voiture d’une jeune hippie. Sa voiture est sa maison semble-t-il . Un joyeux bordel y régne mais on ceci n’empêche pas la belle de s’être joliment apprêtée ni qu’elle ait du savoir vivre. Elle me sert un verre de la théière qu’elle tient entre les jambes ;) et me propose un cookie qu’elle a préparé la veille. Malheureusement elle ne peut m’amener que jusqu’à la Highway 1 qu’elle va prendre en sens opposé du mien. Me voici seul à un carrefour dans la brume du petit matin de l’océan pacifique. 
Je sors mon couvercle de boite de pizza et y note en gros au marqueur «Golden Gate Bridge», ma destination intermédiaire et c’est parti. Quelques minutes plus tard un restaurateur me prend à son bord. D’habitude il ne prend pas d’auto-stoppeurs mais mon chapeau lui a donné confiance … même s’il a remarqué avec un peu d'inquiétude le couteau à mon ceinturon ;( - l’erreur du faux-débutant. Il est dans la restauration et nous parlons ferme, terre, nourriture. Il me laissera à l’entrée de Pacifica à un spot qu’il pense efficace.
Tout juste le temps de ressortir mon panneau que me voici avec un russe immigré qui part au boulot à Oakland. Je fais le malin en bredouillant une phrase en russe, il me propose un soda et déjà il me laisse dans les faubourgs de The City en faisant un détour pour me déposer à un lieu tip-top pour l’auto-stop. M’étant habitué à des attentes de seulement quelques minutes je trouve cette fois que mon attente est longue (5 minutes) alors je sors l’arme secrète du froggie, je rajoute sur mon panneau la mention « French Hitch-Hiker ». Va savoir Charles si c’est ça qui a fait s’arrêter Michael presque instantanément ? … Mickael, un black imposant et jovial est plombier pour le service des eaux de San Francisco, il part en vacances dans le Nord de la Californie. Sa femme infirmière l’y rejoindra un peu plus tard ce soir. Nous faisons un crochet et un arrêt de quelques minutes chez sa mère. On discute à bâtons rompus, on ne s’ennuie pas avec Michael Broussard (comme le commissaire … il est cajun d’origine). 
Arrivé à San Rafaêl je recommence à faire du stop, un asiatique veut me donner 2 dollars pour que je prenne le bus, je lui explique que je ne fais pas du stop par manque d’argent - c’est vrai qu’un bus fait cette dernière liaison - mais je suis grisé par ces trois premières rencontres. Et j’ai bien fait ! Je monte alors avec Brian et Stacy, respectivement chef d’un restaurant de SF et photographe culinaire. Arrivés à Fairfax, Stacy me fait visiter son potager urbain luxuriant tandis que Brian me prépare une petite boite avec un échantillon de leur production (œufs, courgettes, basilic, concombre, poivrons, piments, pommes, ...) que je transformerai en succulente omelette  dés mon arrivée à la maison. 
J’ai retrouvé exactement les mêmes impressions (de liberté mais aussi de doute) et la richesse des rencontres des expériences d’auto-stop de ma jeunesse notamment lors de ce fameux trajet du Cantal aux Landes. Souvenirs, souvenirs …  Alors que je n'avais pas vu (ou regardé ?) d'auto-stoppeurs depuis 2 semaines que je conduis aux Etats-Unis, aujourd'hui j'ai rendu la pareille à une vieille baba cool et un musicien.

22 juillet 2013

La ferme de Marie

Cet été je profite d'un séjour en Californie pour ajouter une expérience "internationale" à celles de mes wwoofings en France.
Quand mes enfants m’ont laissé à Marie’s Farm, à quelques kilomètres de Pescadéro à une centaine de kilomètres au sud de San Fransisco j’ai lu dans leur yeux … comme une inquiétude. Avec le recul je peux les comprendre, nous avions été accueillis par un mec au regard hagard devant une sorte de dortoir ouvert aux quatre vents devant lequel semblait dormir à même le sol dans la poussière un autre personnage. 
J’ai vite rencontré le maître des lieux, Lance Storm, Captain Storm pour les intimes. Il semble avoir peu de temps à m’accorder car il teste dans sa grange un élément de son moteur Free Energy. Assez rapidement il me demande si je crois aux Aliens … ma réponse négative le surprend. Je le laisse à ses expérimentations et je pars découvrir le domaine.
Une pépite potentielle pour faire la permaculture : des sols qui semblent de bonne qualité, une source à disposition avec d’énormes réservoirs, des terrains bordés par une forêt, du matériel agricole en tous genres … mais on peut considérer que le lieu est à l’abandon (des plants de tomate cerise ont été oubliés en plein champs et sont en train de crever, les nombreuses poules ne pondent plus mais par contre viennent manger le peu de légumes qui ont été plantés, les champs semblent peu cultivés). Un lieu un peu fantomatique qui néanmoins respire une certaine poésie avec pour totem cet immense arbre majestueux à l’entrée du domaine, cette collection de vieux pick-ups d’un autre temps et ces deux sculptures métalliques de mammouths et dinosaures en plein champs. 
Les bâtiments sont à l’avenant. Le dortoir est infâme mais j’ai la chance de bénéficier du luxe suprême : un matelas. La pièce à vivre est du même acabit, vaisselle sale et nourriture traînent un peu partout. Un bébé chèvre se prélasse sur un vieux tapis et deux autres … participants Ocean et Soul ont l’air tout aussi réveillés que les autres déjà rencontrés et se morfondent dans de vieux fauteuils défoncés.
Captain Storm est de retour et me propose d’écouter le Ministre de la Défense du Canada avouer que les Aliens existent. Sur ces entrefaits je rencontre dans la cuisine (au feu de bois avec récupération de chaleur pour la douche) deux français peu polyglottes qui me racontent leur surprise et déception à leur arrivée dans les lieux mais qu'ils sont restés scotchés là faute d’argent et d’énergie pour repartir en quête d’un autre lieu. Ils me confirment que la réalité de cette ferme ne correspond pas à celle présentée sur le site WWOOF USA. 
Nous partons tous néanmoins, en cette fin de journée, replanter une rangée de mini-plants de salades, haricots, oignons, concombre, … à un rythme … plus que tranquille. 
Après m’être sustenté d’une salade maison et de quinoa cuit au feu de bois, les deux autres froggies me propose …un verre de Ricard de la bouteille qu’ils ont amenée de France. Ce petit verre me ragaillardi comme le pop corn que l’on fera exploser sur le piano. Mais ma décision est prise, je repars demain matin à la première heure en stop, une aventure dans l’aventure qui m’aura apporté humainement bien plus que cette erreur de casting. 
Bref, je suis bien évidemment déçu. Je me suis demandé un moment si je n’aurais pas du donner un peu de temps au temps ou si je n’avais pas échoué dans  le lâcher prise que je vante si souvent, … Mes expériences françaises de wwoofing me font penser qu’on était quand même ici dans la 3ème dimension ;(